La ligne Bordeaux-Montauban

 

En effet, à cet endroit, la Garonne et le Tarn sont très près du côteau, et on a du trouver le passage sur une rive droite inexistante pour la voie ferrée, le canal et la N113 ! Entre Malause et Moissac, succession de courbes mais de rayon assez confortable. La traversée de Moissac a posé aussi de nombreux problèmes. Là aussi la place manquait, il a fallu creuser deux petits tunnels et écorner le réfectoire des moines de l'abbaye ! Ce qui est moindre mal car lors de la construction, il fut question de tout raser pour laisser passer la voie !

On voit bien au niveau du portique caténaire à droite l'angle droit du cloître. Le réfectoire des moines était exactement à la place de la voie derrière la chapelle à gauche. Tout de suite après la voie est à nouveau en remblai car on revient en zone inondable (voir ici). Par une large courbe à droite, la voie va traverser le Tarn sur le Pont Cacor (311m) reconstruit après les inondations de 1930. (voir ici)

Vue prise depuis le pont-canal. Quelques kilomètres et c'est Castelsarrasin la gare de Lavilledieu du Temple puis descente dans la vallée du Tarn et arrivée à Montauban. A l'origine Montauban Villebourbon n'était qu'une gare de passage, mais très vite en 1858 elle devient tête de ligne pour Montauban Lexos. En 1884 la ligne PO sera ouverte vers Cahors, mais il faudra attendre 1891 pour rejoindre Paris par Cahors. En 1884, une ligne à voie unique est inaugurée vers St Sulpice dans le Tarn, premier maillon de la ligne vers Montpellier par St Pons. Au sud de Montauban, trois gares en Tarn et Garonne vers Toulouse : Montbartier, Dieupentale et Grisolles. Puis nous entrons en Haute-Garonne. Profil facile pour cette section, aucun ouvrage d'art.

Photo aérienne de Montauban : en rouge la ligne Bordeaux Montauban ; en vert Montauban-Cahors ; en jaune Montauban-Saint-Sulpice (deferrée) ; en bleu, Montauban-Lexos (déferrée) avec au nord la gare de Montauban-Villenouvelle .

Suite
Retour