Les TTG et les ponts.

On ne peut pas parler des tramways du Tarn et Garonne et passer sous silence les ponts. En effet, comme son nom l'indique, notre département est traversé par un fleuve La Garonne et par deux rivières importantes le Tarn et l'Aveyron; sans oublier nombre d'affluents de la Garonne et de ces deux rivères : la Barguelonne, la Séoune, le Lemboulas, le Tescou... Chacune des lignes a du traverser au moins une fois un de ces fleuves ou rivières et des solutions quelquefois très originales ou radicales ont été trouvées.
La voie étant construite le plus souvent en accotement, nombre de ruisseaux et de petites rivières ont été traversées sur les ponts déjà édifiées pour la route. Nous n'évoquerons que très rapidement ces ouvrages d'art.

Il reste la culée Nord du pont franchissant la voie ferrée Bordeaux-Sète et un chemin à Valence.

Le pont sur la Barguelonne à Goudourville ligne Valence -Montaigu.

Il reste une culée de ce pont franchissant une route près de Lacour toujours sur Valence Montaigu.

En quittant la gare de Villebourbon, la ligne Montauban-Molières franchit la voie ferrèe Paris-Toulouse par un passage inférieur.

Puis passait sous la ligne Montauban-Lexos avant que les trains se dirigeant vers Molières n'escaladent ce remblai pour traverser le Tarn qui coule non loin à gauche..

Solution très économique pour la traversée du Tarn sur la ligne Montauban-Molières. Comme la ligne Montauban-Lexos prévue pour deux voies, n'utilisait qu'une voie, la compagnie du Paris Orléans donne l'autorisation aux TTG de partager le pont.

Vue en élévation du Pont sur le Tarn (ligne Montauban au Lot) et coupes diverses. Plan retrouvé dans une benne à ordures.
 
Montauban-Molères : le pont sur le Lemboulas.


Belle vue d'un train sur le pont de Bourret.
Ligne Montauban-Verdun ; avant Bourret, il faut traverser la Garonne. Malheureusement, la Garonne n'est traversée à cette époque que par des ponts suspendus, ponts tout à fait incapables de supporter la charge d'un train et surtout les vibrations entrainant un phénomène de résonnance qui pourrait entraîner la destruction du pont. Heureusement le système Gisclard a déjà fait ses preuves : il suffit de changer le système de câblage.

Ttrès beau cliché des travaux de transformation du pont de Bourret.(coll E. Mandrillon)


Le pont de Bourret de nos jours. On voit bien le câblage particulier de ce pont suspendu; malheureusement il est fermé à la circulation vu son état.

Ligne Montauban-Monclar; le problème est simple, il faut traverser le Tarn et à cette époque il n'y a qu'un pont, le Pont Vieux. On en a profité pour construite le pont Neuf.


Essai de charge sur le Pont Neuf.

Gros plan sur le matériel utilisé pour l'essai de charge : 3 Corpet Louvet et des locomobiles (il y en a deux derrière mais on en distingue aussi derrière les locomotives) (Coll E.Mandrillon)


Vue du pont actuellement.

Ligne Castelsarrasin-Lavit : à la limite de la commune de Castelsarrasin, obstacle sur la voie du tramway, un pont suspendu sur la Garonne, le Pont de Trescasses, conçu pour supporter le poids de quelques charrettes.

Autre vue de ce pont. Après bien des discussions et aternoiements, le pont sera modifié en système Gisclard et la ligne ouverte en 1927.

Le nouveau pont de Trescasses, il sera démoli dans les années 1990.

Retour