La ligne Moissac-Cahors

Le 11 janvier 1914 c'est le début officiel des travaux. En juillet de la même année le nivelage de l'axe de la plate forme est terminé, mais naturellement en août 1914, les travaux sont arrêtés ! En octobre les études et travaux vont reprendre, mais on comprend que le rythme ne sera pas soutenu car ce n'est que début 1918 que le tracé est définitivement terminé.

En mars 1919, le marché de la construction est passé avec l'entreprise Boyer de Nantes, entreprise spécialisée dans la construction de voies ferrées. Mais l'année 1919 se termine sans vrai commencement des travaux car l'entreprise manque d'essence pour ses camions. En 1920, les travaux débutent des deux côtés et en octobre 1921, cinq kilomètres sont terminés côté Cahors et 5 km côté Moissac. A la mi-juin 1925, 46 km sont réalisés (27 côté Cahors et 19 côté Moissac. Mais le sort s'acharne à nouveau sur les travaux : l'année suivante l'entreprise Boyer est en difficultés financières.

La situation va stagner pendant deux ans jusqu'en 1928, où l'entreprise Boyer va se voir retirer le marché remplacée par une association de trois sociétés qui étaient ses sous-traitants ! En mai 1928, 53 km de plate-forme ont été réalisés ; le travail va reprendre rapidement car un an plus tard 62 km sont terminés et en mai 1930 l'infrastructure est achevée. Puis "curieusement" plus rien ne bouge pendant deux ans : la réception de l'infrastructure a lieu en 1932. Restent à poser les rails et construire les gares, stations et maisoins de passage à niveau.

Seul signe positif en 1933, a lieu l'agrandissement de la gare de Cahors pour accueillir les services nécessaires à l'exploitation de cette nouvelle ligne. Mais en 1934, la construction de la superstructure est ajournée. Pourquoi ?

Les raisons sont nombreuses : la concurrence automobile est de plus en plus vivace, des lignes d'autobus (une entreprise basée à Lauzerte) desservent cette ligne. Les prévisions de trafic sont catastrophiques et le PO étant déjà en pleines difficultés financières conjuguées à la crise des années 30 ; de plus la démographie de la région est en chute constante (entre 1876 et 1990, certaines communes qui auraient été desservies par cette ligne ont perdu plus de 50% de leur population), les agglomérations sont toutes à des distances d'au moins 1 km des stations prévues. Moissac et son commerce du chasselas ne sont plus favorable à la construction de cette ligne : on pense que Moissac-Cahors pourrait détourner ce commerce.

Une vue de la gare de Moissac : remarquer le nombre de wagons en gare.

Une vue spectaculaire montrant l'importance des expéditions de chasselas.

Le rapport Peschaud de septembre 1931 analyse la situation et prévoit un déficit d'exploitation de 63% ! Lire le rapport Peschaud.

En 1941, le gouvernement de Vichy déclasse la ligne comme celle de Beaumont-Gimont. En 1957, certains terrains sont rétrocédés à leurs anciens propriétaires. C'en est fini de la ligne Cahors Moissac. Des vues de ce qui reste de l'infrastrucure ICI.

Retour
Page suivante